Copyright © LOZERE SAUVAGE - Artisan photographe - Siret 518 625 603 00023.

Toute utilisation des photos présentes sur ce site est interdite sans autorisation écrite.

Tél. 07 81 30 94 43 

  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Gris Cercle
  • YouTube - Grey Circle

Freeride aux Bondons - 10 février 2018 

Cela faisait plus de 3 ans que je réfléchissais à la réalisation de cette image.

La Cham des Bondons est un site naturel emblématique de la Lozère qui fait partie du Parc National des Cévennes. Ce site recèle une curiosité géologique : deux mamelons de marnes noires ayant résisté à l'érosion et dominant la vallée du Tarn, le Puech d'Allègre et le Puech de Mariette. Un lieu surprenant qui est très agréable en été mais qui peut se révéler très hostile en hiver. Les conditions climatiques y sont très rudes en raison de la Burle qui balaye le paysage (vent du nord puissant). L'idée du projet est de descendre en ski un des deux Puechs et de capturer la scène en image.

Pour faire cette image, je ne connais qu’une personne capable d’accepter le défi : mon frère, Fabien, et cela me tient d’autant plus à cœur de pouvoir partager ce moment avec lui.

La principale difficulté pour réaliser cette photo était de réunir toutes les conditions favorables : un bon enneigement, une bonne qualité de neige, synchroniser nos disponibilités, des conditions de lumières optimales, l’accessibilité au site.

Samedi 10 février, le dernier épisode neigeux remonte au 5 février, une bonne couche a recouvert le site, et le froid conserve la neige dans de bonnes conditions. Nous devons attendre samedi pour être disponibles tous les deux et tenter l’image.

Le problème c’est qu’entre temps, la tourmente s’est levée et à soufflée fort déjà dans la nuit de jeudi à vendredi et la journée de samedi s’annonce très ventée. Le Puech risque d’être tout raclé, mais on espère que le versant sud abrité du vent sera épargné et conservera une épaisseur de neige suffisante.

On se retrouve donc à 6h30 samedi matin pour se rendre sur site et tenter l’image. La Burle est déjà là et les congères se forment sur la route, Nous parvenons à nous rendre jusqu’au départ du chemin. 
Il fait encore nuit lorsqu’on arrive sur place. On chausse nos raquettes et on se dirige vers le Puech le plus proche. Les couleurs du crépuscule matinal se révèlent, la lumière sera bonne, mais le vent puissant rend la tâche plus ardue que prévue. 

On contourne le Puech par la droite pour se rendre au pied du versant Sud. Le vent nous est favorable puisque on l’a dans le dos, mais on pense déjà au retour qui sera beaucoup plus compliqué.
20 mn plus tard, nous voilà sur place, on profite d’un somptueux lever de soleil pour réaliser quelques clichés. On étudie le tracé, je réfléchi au cadrage puis Fabien entame l’ascension du Puech. En attendant, je me délecte des magnifiques ambiances, la neige soulevée prend des allures de poudre d’or. C’est magique !

Puis j’installe mon matériel, un premier appareil en mode vidéo sur trépied solidement fixé au sol, puis avec l’autre je m’approche du lieu convenu au préalable.

Fabien est au sommet, le vent est violent et il peine à tenir debout.

Les rafales de vent dépassent les 140 km/h !

Le top départ est donné, tout se passe bien, la neige est bonne, la descente est rapide mais l’instant est magique, autant pour Fabien que pour moi.

C’est dans la boite, objectif atteint !!

Afin de peaufiner l’image exacte que je souhaite, Fabien fera 2 autres descentes.

Puis nous prenons le chemin du retour, la tourmente fouette nos visages et nous déséquilibre à chaque pas. Mais les paysages sont hallucinants de beauté. Le retour est comme nous l’avions imaginé, très difficile. Nous avons du mal à respirer, nous progressons lentement, la violence du vent est impressionnante. Arrivé à la voiture, les conditions de circulations se révèlent très compliquées, sans l'aide du chasse-neige que nous avons eu la chance de croiser nous n'aurions jamais pu rentrer. Un grand merci pour son aide.

Revivez en vidéo, notre sortie.

La rafale de vent à 1 mn dans la vidéo permet de se rendre compte de la violence du vent.

Lozère Sauvage